Quel traitement pour un kyste pilonidal ?

kyste pilonidal

Le kyste pilonidal est une infection cutanée assez courante, avec plus de 20 000 personnes opérées chaque année en France. Ce type de kyste assez gênant, se développant dans le pli de la fesse, est présent aussi bien chez les femmes que chez les hommes. En effet, il se présente sous forme de bouton vide ou rempli. Il convient de souligner que les patients atteints se doivent de suivre un traitement adapté. Faute de quoi, la maladie risque d’engendrer des abcès ou des cavités sinusales.

Qu’est-ce qu’un kyste pilonidal exactement ?

Le kyste pilonidal est également connu sous l’appellation kyste sacro-coccygien ou au coccyx. La dernière nomenclature réfère sur l’emplacement de ce dernier. Effectivement, ce type de kyste se développe principalement entre le coccyx et l’anus des personnes infectées, plus précisément dans une zone où la pilosité est importante. Pour l’heure, aucune expérimentation scientifique n’a su révéler les vraies causes du kyste pilonidal. Les scientifiques pensent qu’il s’agit d’un poil incarné. Et c’est en se développant sous la peau que ce dernier provoque une infection.

En revanche, certains se contentent de quelques suppositions, notamment d’une obésité, des travailleurs qui restent assis pendant une durée considérable, des personnes ayant des poils corporels épais, le port des vêtements serrés et bien d’autres encore. Outre ces facteurs, cette pathologie s’avère être une maladie génétique. Par-dessus tout, il faut savoir que le kyste pilonidal peut être un problème ponctuel aigu ou encore chronique récidivant. Et que la pathologie est surtout douloureuse en position d’assise.

Les signes d’un kyste pilonidal

Les symptômes de la présence d’un kyste pilonidal chez un individu sont nombreux. Le plus fréquent est la douleur ressentie lorsque la personne atteinte s’assoit. Cela s’explique sans doute par la présence d’une petite fossette ou d’un gonflement entre les fesses de cette dernière. À cela s’ajoutent des nausées, de la fièvre ou encore de la lassitude incessante. Dans la pire des cas, un abcès avec du pus ou du sang s’écoule de la zone intime du sujet en question. À noter que ce liquide est souvent nauséabond.

Si jamais, vous présentez l’un de ses signes, il vous faut consulter votre médecin personnel. Pour détecter s’il s’agit bien du kyste pilonidal, ce dernier va vous faire effectuer un simple test physique. Ceci dit, il va vous demander de vous rassoir et de vous lever. Pendant ce temps, il va vérifier si vous présentez des douleurs lorsque vous vous asseyez. Si cela est confirmé, il vérifiera ensuite l’existence d’un bouton dans le pli de vos fesses. Des fois, selon la gravité de l’état de votre kyste, il se pourrait que votre médecin vous demande d’effectuer un scanner ou une IRM. Cela dans le but de rechercher d’éventuelles cavités sinusiennes qui se seraient formées sous la surface de votre peau.

Les traitements adaptés à un kyste pilonidal

Les médecins préconisent vivement les personnes atteintes du kyste pilonidal à se faire traiter. Effectivement, ce dernier risque non seulement de s’infecter, mais d’engendrer également une fistulisation en cas de non-intervention chirurgicale. Eh oui, cette pathologie ne présente aucun traitement naturel. Et que les traitements médicaux tels que l’injection de la mousse phénolique ou l’application de la vaseline ne sont pas en mesure d’éradiquer le kyste pilonidal. Ces derniers calment seulement l’éventuelle douleur engendrée par ce dernier pendant une période limitée.

Toutefois, pour un rétablissement complet, le recours à une opération chirurgicale est de rigueur. Pour ce faire, les médecins vont pratiquer une incision. À noter qu’un kyste pilonidal coupé a encore une chance d’être récidivé. Seule la méthode au laser est capable de prévenir sa réapparition. Certes, cette méthode est peu coûteuse. Cependant, elle promet une cicatrisation rapide et indolore.

Comment soigner une tumeur au cerveau ?
Quel traitement contre le DMLA ?